Actualités

Comment ça marche (1) ?

28 janvier 2019

Sur un piano droit, les cordes sont verticales, les marteaux se déplacent donc horizontalement.

De ce fait, le pianiste ne maitrise pas complétement l’inertie du marteau.

Si l’on part du doigt, le clavier est une bascule, et lorsque l’on enfonce une touche du coté visible, elle se soulève du coté invisible (sous la mécanique).

A cet endroit, elle pousse le marteau par l’intermédiaire du « bâton d’échappement ». Cet élément permet de lancer le marteau et de l’accompagner jusqu’à 2mm des cordes (l’échappement). Cela permet à ce dernier d’aller frapper la corde avec son élan sans l’empêcher de vibrer ensuite. A ce même moment, l’étouffoir se recule pour libérer la corde et également la laisser vibrer.

Après la frappe du marteau contre les cordes, celui-ci est attrapé (cuir contre feutre) pour lui éviter de rebondir et faire un trémolo non désiré.

Le son se coupera lorsque le pianiste lâchera la touche et que l’étouffoir retombera contre la corde.

Le seul moyen de garder les sons en lâchant les touches est d’utiliser la pédale forte (pédale de droite) qui fait reculer tous les étouffoirs.

Cet ensemble clavier-mécanique est uniquement composé de bois, de feutre et de cuir (avec quelques axes et vis métalliques) ; c’est pourquoi chaque élément est réglable, restaurable ou remplaçable.

Par le réglage du clavier et de la mécanique, on maintient le piano droit dans ses meilleures performances.

Tout ceci, a pour but essentiel le confort (toucher) du pianiste !

Partagez cet article !
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email